Quentin Lambert Anecdote – «Cette série de concerts à Bercy est marquée par le chiffre 13 »

IF THE PAGE IS NOT ON YOUR LANGUAGE CLICK HERE TO AUTO-TRANSLATE

Anecdote No22 : Continuons dans la tourmente « Avant que l’ombre… » avec pour commencer une anecdote plutôt intéressante.

Cette série de concerts à Bercy est marquée par le chiffre 13 : en tout, Mylène à donné treize représentations qui ont débuté un 13 janvier et accueillaient chaque soir 13 000 spectateurs. Par ailleurs, le show commençait avec « Peut-être toi », treizième chanson de l’album « Avant que l’ombre… »

Un chiffre qui semble plutôt réussir à Mylène, puisque le treizième titre de son spectacle était notre hymne à nous « Désenchantée », qui met systématiquement le public en liesse. Depuis sa première interprétation sur scène en 1996. Enfin, comme le faisait remarquer Thierry Suc lors de la conférence de presse le 16 décembre 2004, si vous additionnez les chiffres de la première date des concerts (1+3+0+1+2+0+0+6) vous obtenez…13 !



Parlons maintenant de la conception des costumes,Mylène contacte le couturier Franck Sorbier en juillet 2005. « j’avais une seul idée en tête : Trouver quelqu’un ayant un véritable univers, et des correspondances avec le mien. Le hasard me l’a fait rencontrer en la personne de Franck Sorbier », confie Mylène.

Elle a découvert ses créations dans un magazine en lisant un reportage consacré aux préparatifs et répétions de l’opéra « La Traviata de Verdi » : « Je suis tombée en admiration devant l’une des robes de l’une des cantatrices. Elle était longue, façon Second empire revisité. Elle s’étalait, rouge sang. Somptueuse, gigantesque. Comme une coulée de tissu, une cascade de lave voluptueuse.

“J’ai compris immédiatement que c’était là le genre de tenues que j’attendais. Un coup de foudre et une évidence. ” Lors de sa première rencontre avec Mylène, Franck Sorbier apporte des photos de ses précédentes collections. Il se souvient d’un « entretien de plusieurs heures qui m’a emballé, car Mylène m’a tout de suite fait comprendre à quel point le costume était important pour elle et qu’elle était prête à y consacrer tout le temp qu’il faudrait ».

À partir de créations déjà existantes, la chanteuse propose alors des idées et fait des essayages. Après une nouvelle entrevue en août, elle retrouve Franck sorbier deux fois par semaine à partir de septembre pour travailler sur ces costumes, ceux de ses danseurs et musiciens ainsi que ceux des porteurs de son sarcophage au début du concert. Intéressant n’est ce pas ? Demain nous continuerons d’explorer les mystères de cette résidence mythique…Bonne soirée à vous les z’amis.

Plus d’infos sur AVANT QUE L’OMBRE


THIS PORTION AUTO-TRANSLATES:

Anecdote No. 22: This series of concerts at Bercy is marked by the number 13.
Let’s continue in the turmoil of “Avant que l’ombre…” with a rather interesting anecdote to begin with.

This series of concerts at Bercy is marked by the number 13: in all, Mylène gave thirteen performances that began on January 13 and welcomed 13,000 spectators each night. Moreover, the show started with “Peut-être toi“, the thirteenth song of the album “Avant que l’ombre…”.

A number that seems to be rather successful for Mylène, since the thirteenth song of her show was our anthem “Désenchantée“, which systematically puts the audience in jubilation. Since its first performance on stage in 1996. Finally, as Thierry Suc pointed out at the press conference on December 16, 2004, if you add up the numbers of the first date of the concerts ((1+3+0+1+2+0+0+6) you get…13!

Let’s talk about the design of the costumes, Mylène contacted the fashion designer Franck Sorbier in July 2005. “I had only one idea in mind: to find someone with a real universe, and correspondences with mine. By chance, I met Franck Sorbier“, confides Mylène.

She discovered his creations in a magazine while reading a report on the preparations and rehearsals for the opera “La Traviata” by Verdi: “I fell in admiration of one of the dresses of one of the singers. It was long, like the Second Empire revisited. It was spread out, blood red. Sumptuous, gigantic. Like a flow of fabric, a cascade of voluptuous lava.

“I understood immediately that this was the kind of outfit I was waiting for. It was love at first sight and an obvious choice. “At his first meeting with Mylène, Franck Sorbier brought photos of his previous collections. He remembers “an interview that lasted several hours, which excited me, because Mylène immediately made me understand how important the costume was to her and that she was ready to devote all the time it would take.”

From existing creations, the singer then proposed ideas and did fittings. After a new interview in August, she met Franck Sorbier twice a week starting in September to work on these costumes, those of her dancers and musicians as well as those of the carriers of her sarcophagus at the beginning of the concert. Interesting isn’t it? Tomorrow we will continue to explore the mysteries of this mythical residence… Good evening to you, my friends

More info about Avant que l’ombre

Published by Ella V. Sky

Writer. Poet. Woman. Soul

How do you like this post?

%d bloggers like this: