Quentin Lambert Anecdote – «Mylène et nous…une grand histoire d’amour…durant le tour 89»

IF THE PAGE IS NOT ON YOUR LANGUAGE CLICK HERE TO AUTO-TRANSLATE

Voici la toute première anecdote de cette longue série que nous entamons ensemble ! Elle serra chronologique ! C’est à dire que vous aurez des anecdotes de 89, à 2019.
Beaucoup de surprise pour la dernière date de ce tour 89 ont légèrement chamboulé cette soirée…😅 Comme par exemple les danseuses qui sont arrivées sur scène à moitié nues pendant « Tristana »

Mylène part directement en fous rire ! Puis elles vont se livrer à une chorégraphie bien plus osée qu’à l’accoutumée avec leurs partenaires à la fin de Libertine. Sophie Tellier s’est vue autorisé par Laurent Boutonnat à effectuer pour la premières et dernières fois une chorégraphie en fond de scène sur « Allan ».

Puis le 24 mai, après le concert, Mylène a retrouvé l’équipe de la tournée pour une soirée organisée aux jardins de Bagatelle, le salon principal du château restitue une ambiance
XVIIIe pour l’occasion avec des bougies, des chandeliers, des tentures rouges avec serveurs en costume d’époque.A la fin de la tournée Mylène laissera paraître une fois de plus sa générosité en invitant la totalité de l’équipe et j’ai bien dit la totalité (!!) dans un restaurant japonais à Paris pour d’ultimes retrouvailles…

Team Tour 1989

Mylène de son côté ne ressort pas indemne de cette rencontre. « Jusqu’à ce que je
monte sur scène, je n’avais pas compris le retentissement que mes paroles pouvaient trouver auprès du public. Je chantais mes peurs, j’exorcisais mes fantasmes avec le sentiment de crier.

Là, dans la communion avec le public, dans la ferveur, j’ai mesuré l’énorme attente que ce jeunes avaient de moi. Je n’était pas seule ». Elle écrit peu après le début des concerts au palais des sports la chanson « À quoi je sert »,

« Parceque c’est là questions que je me suis posée ». Et peut être les prémices d’une réponse lui apparaissent-elles à présent : « Justement à cela : a crier ce que les autres n’osent crier. » le titre sort en 45 tours dès le 17 juillet. Pour la pochette, Mylène choisit une photo de Marianne Rosenstiehl qu’elle « adore »,prise dans les loges du palais des sports après le concert sur laquelle on la devine en sanglots, submergée par l’émotion.

photo by Marianne Rosenstiehl


« La communion avec le public avec le public m’avait bouleversée » confesse-t-elle quelques mois plus tard.”

CLIP: https://www.bilibili.com/video/BV1Va4y1H7UF/


THIS PORTION AUTO-TRANSLATES:

“Mylène and us…a great love story…during the 89 tour”

Here is the very first anecdote of this long series we are starting together! It will be chronological! That is to say that you will have anecdotes from 89, to 2019.
A lot of surprises for the last date of this 89 tour have slightly upset this evening…😅 Like for example the dancers who came on stage half naked during “Tristana

Mylène goes directly to laughter! Then they will indulge in a much more daring choreography than usual with their partners at the end of Libertine. Sophie Tellier was authorized by Laurent Boutonnat to perform for the first and last time a choreography in the background on “Allan“.

Then on May 24, after the concert, Mylène met the tour team for an evening organized at the Bagatelle gardens, the main salon of the castle restored an atmosphere
At the end of the tour, Mylène once again showed her generosity by inviting the whole team, and I mean the whole (!!), to a Japanese restaurant in Paris for a final reunion…

Mylène for her part did not emerge unscathed from this meeting. “Until I went on stage, I didn’t understand the impact that my words could have on the public. I was singing my fears, exorcising my fantasies with the feeling of screaming.

There, in the communion with the public, in the fervor, I measured the enormous expectation that these young people had of me. I was not alone. She writes shortly after the beginning of the concerts at the Palais des Sports the song « À quoi je sert », “Because it is there questions that I asked myself”. And perhaps the beginnings of an answer appear to him now: “Precisely to that: to shout what others dare not shout. ” the title comes out in 45 rpm from July 17. For the cover, Mylène chose a photo of Marianne Rosenstiehl, whom she “adores”, taken in the dressing room of the Palais des Sports after the concert, in which she can be seen sobbing, overwhelmed by emotion. “The communion with the audience with the audience had overwhelmed me,” she confessed a few months later.

Published by Ella V. Sky

Writer. Poet. Woman. Soul

How do you like this post?

%d bloggers like this: